By continuing your visit on this website, you accept the use of cookies offering you tailored content and enhancing your browsing experience. Learn more

Trophées Initiative RSE 2018
Lactips
Plastique biodégradable et biosourcé
Lactips
Plastique biodégradable et biosourcé

 

Lactips est une start-up industrielle qui a pour objectif de remplacer les plastiques hydrosolubles pétrosourcés par un plastique issu du lait de vache donc biosourcé et totalement biodégradable mais aussi compostable, hydrosoluble à chaud comme à froid et même comestible.

Nous utilisons les surplus et les productions déclassées de la caséine, protéine du lait, pour les transformer par des procédés classiques de plasturgiste (extrusion bi-vis) en granulés thermoplastiques façonnables par différents process comme l’extrusion gonflage ou l’injection moulage.

 

Notre innovation porte sur le fait que nous créons un nouveau plastique totalement biodégradable. Les tests ont prouvé une biodégradation totale en moins de 20 jours et une compostabilité en quelques heures.

Pour obtenir de tels résultats, nous utilisons la caséine. Nous sommes engagés dans un cercle vertueux car nous ne nous contentons pas de remplacer un produit polluant par un autre sain pour l’environnement mais nous recyclons une ressource abondamment disponible et vouée à la destruction.

Notre procédé de transformation est identique à celui qu’utilise l’industrie plastique actuellement, cela est un point essentiel pour l’acceptation de notre produit et la réussite de notre projet. Mais en plus la plage de température de transformation est abaissée de moitié (autour de 100°C) par rapport aux plastiques hydrosolubles actuels. Nous sommes donc plus économes et moins énergivores.

Pour toutes ces raisons nous sommes considérés comme une Greentech, prix qui nous a d’ailleurs été décerné en octobre 2017 lors des premiers trophées de start-up de la Région Auvergne-Rhône-Alpes.

 

Lactips ambitionne de devenir un acteur clé de la filière du lait en offrant des débouches supplémentaires à la caséine non comestible qui reste aujourd’hui très peu exploitée. Lactips travaille actuellement avec les représentants de l’Etat, des industriels du lait et un territoire de producteurs pour la création d’un projet structurant de filière de récupération du lait impropre à la consommation :

            - Dépassement date péremption, DLC

            - Valorisation des résidus de nettoyages d’usines

Let's talk !

Saint-jean-bonnefonds
Jean-antoine Rochette.
LACTIPS
The milky way of plastics

L’aventure Lactips commence en 2007 à l’Université Jean Monnet de Saint Etienne où Frédéric Prochazka, enseignant-chercheur, à la volonté de trouver une alternative plus propre aux polymères qu’il utilise pour ses expériences. La rencontre avec des producteurs de lait et de caséine est déterminante pour l’avenir car ils lui font part de leur difficulté à écouler leur surplus de production et les caractéristiques de la caséine peuvent en faire une bonne candidate pour un plastique hydrosoluble écologique. Après 3 ans de recherches et une première thèse Frédéric, par l’intermédiaire de l’Université, dépose un brevet en 2010.

En 2014, il rencontre Marie-Hélène Gramatikoff, plasturgiste de formation et passionnée de stratégie, qui comprend immédiatement le potentiel de cette découverte. Ensemble ils créent Lactips en avril 2014 et obtiennent l’exploitation exclusive et mondiale du brevet de l’Université. En 2015, le projet de Lactips est élu Grand Prix du Jury i-Lab, concours du ministère de la recherche, et lève 1.2 M€ auprès de 2 fonds spécialisés dans les Greentech, Emetec et Demeter. L'aventure Lactips est lancée !

142
D - 11
Jean-antoine Rochette.
LACTIPS
The milky way of plastics

L’aventure Lactips commence en 2007 à l’Université Jean Monnet de Saint Etienne où Frédéric Prochazka, enseignant-chercheur, à la volonté de trouver une alternative plus propre aux polymères qu’il utilise pour ses expériences. La rencontre avec des producteurs de lait et de caséine est déterminante pour l’avenir car ils lui font part de leur difficulté à écouler leur surplus de production et les caractéristiques de la caséine peuvent en faire une bonne candidate pour un plastique hydrosoluble écologique. Après 3 ans de recherches et une première thèse Frédéric, par l’intermédiaire de l’Université, dépose un brevet en 2010.

En 2014, il rencontre Marie-Hélène Gramatikoff, plasturgiste de formation et passionnée de stratégie, qui comprend immédiatement le potentiel de cette découverte. Ensemble ils créent Lactips en avril 2014 et obtiennent l’exploitation exclusive et mondiale du brevet de l’Université. En 2015, le projet de Lactips est élu Grand Prix du Jury i-Lab, concours du ministère de la recherche, et lève 1.2 M€ auprès de 2 fonds spécialisés dans les Greentech, Emetec et Demeter. L'aventure Lactips est lancée !

Saint-jean-bonnefonds
Autopromo