By continuing your visit on this website, you accept the use of cookies offering you tailored content and enhancing your browsing experience. Learn more

Trophées Initiative RSE 2018
Familien
Le lien quand on ne peut pas se faire de câlin
Familien
Le lien quand on ne peut pas se faire de câlin

L'hôpital pense aujourd'hui beaucoup l'accueil de l'enfant hospitalisé, mais ne l'envisage pas du tout lorsque c'est un proche de l'enfant qui est hospitalisé. La majorité des services sont interdits aux enfants de moins de 12 ans et l'enfant et son proche se retrouvent séparés dans un contexte particulier, anxiogène et difficile.

 

L'association Familien ce sont 7 bénévoles qui se sont fixé pour objectif de protéger et accompagner le lien entre l’enfant et son proche hospitalisé, pour le bien être de l’enfant, du parent ainsi que celui des proches.  

 

 

 

Familien met ainsi en place dans les établissements de santé partenaires des accueils dédiés "patient-enfant". Dans ces accueils, les enfants peuvent passer un moment dans une salle adaptée et équipée avec leur proche hospitalisé, entourés d’accompagnants formés qui peuvent aider à mettre des mots sur les situations difficiles que sont l'hospitalisation et la maladie. 

Si nécessaire, et afin de permettre aux parents de se retrouver seuls ou d'assister à un rendez-vous médical, Familien garde aussi les enfants sans leurs parents. 

 

Familien propose également des formations pour les soignants afin d'encourager une prise en charge plus globale du patient. 

 

Enfin, Familien crée des livrets explicatifs propre à l'établissement et adaptés aux enfants, afin de les aider à comprendre la situation et aider les parents à trouver les mots justes pour en parler avec eux...

 

Nous avons déjà réalisé deux premiers accueils à la Clinique Natecia

Sur deux après-midi ce sont 21 enfants et 23 adultes qui ont pu passer un moment partagé, et 9 enfants qui ont été gardés sans leurs parents (permettant ainsi à leurs parents de se rendre auprès d'un bébé en service de néonatologie)

 

 

 

 

 

 

Aujourd'hui nous souhaitons développer nos accueils dans deux premiers établissements partenaires.

Le financement de la BP AURA et de Kocoriko nous permettrait de payer le salaire d'un accueillant pour 37 ateliers de 4 heures dans un hôpital pendant un an.

Nous pourrions alors étoffer notre expérience, établir des relations pérennes avec les établissements de santé et développer notre activité dans toute la région Lyonnaise.

Nous sommes aussi partenaires de chercheurs à Lyon, Angers et Paris qui travaillent sur ce sujet et qui pourraient profiter de cette expérience pour leurs écrits et leurs recherches.

À terme, nous aimerions ces travaux permette un essaimage dans toute la France afin que ces enfants ne soient plus des oubliés de la majorité des prises en charges. 

Let's talk !

Saint-genis-les-ollières
Emilie Valy.
Emilie
Présidente de l'association

Depuis toujours j'ai eu un attrait particulier pour les actions ayant du sens et permettant de prendre soin des autres. D'un naturel enclin à la conversation j'ai très vite été séduite par l'outil puissant que la communication représente. Parler permet d'échanger, de partager, de questionner, parler permet aussi de soulager.
Lorsque je me suis tournée vers le métier d'infirmière, un métier où le "prendre soin" tient une place centrale, il m'est apparu comme évident que les patients avaient besoin d'être pris en charge dans leur globalité. Le patient n'est pas qu'une maladie, c'est une personne avec une histoire, une famille... Tous ces éléments sont nécessaires pour soigner. Et la communication prend à nouveau tout son sens à ce moment là, car il est de notre devoir d'écouter ce que le patient a à nous dire et à nous montrer.
L'art de la communication a aussi une place très importante au sein de la sphère familiale, c'est pourquoi mon intérêt pour les questions de parentalité m'a poussé à me former à la communication dans ce cadre particulier. Etant alors investie dans une crèche parentale, je me suis formée à différents outils afin d'affiner mes connaissances et pouvoir accompagner les parents dans leur communication avec leurs enfants.
En tant qu'infirmière j'ai été frappée par le fait que nous pensons beaucoup l'accompagnement des enfants malades en France mais que les enfants faisant face à la maladie d'un de leur proche sont oubliés de la majorité des prises en charge.
La plupart des services sont d'ailleurs interdits aux enfants de moins de 12 ans. Il m'est arrivé, en tant qu'infirmière de garder des enfants de patients pendant que ces derniers assistaient à un RDV médical, situation très inquiétante et déstabilisante pour les enfants, ainsi que pour l'équipe soignante, qui n'est pas forcément à l'aise et disponible pour ce rôle.

51
D - 11
Emilie Valy.
Emilie
Présidente de l'association

Depuis toujours j'ai eu un attrait particulier pour les actions ayant du sens et permettant de prendre soin des autres. D'un naturel enclin à la conversation j'ai très vite été séduite par l'outil puissant que la communication représente. Parler permet d'échanger, de partager, de questionner, parler permet aussi de soulager.
Lorsque je me suis tournée vers le métier d'infirmière, un métier où le "prendre soin" tient une place centrale, il m'est apparu comme évident que les patients avaient besoin d'être pris en charge dans leur globalité. Le patient n'est pas qu'une maladie, c'est une personne avec une histoire, une famille... Tous ces éléments sont nécessaires pour soigner. Et la communication prend à nouveau tout son sens à ce moment là, car il est de notre devoir d'écouter ce que le patient a à nous dire et à nous montrer.
L'art de la communication a aussi une place très importante au sein de la sphère familiale, c'est pourquoi mon intérêt pour les questions de parentalité m'a poussé à me former à la communication dans ce cadre particulier. Etant alors investie dans une crèche parentale, je me suis formée à différents outils afin d'affiner mes connaissances et pouvoir accompagner les parents dans leur communication avec leurs enfants.
En tant qu'infirmière j'ai été frappée par le fait que nous pensons beaucoup l'accompagnement des enfants malades en France mais que les enfants faisant face à la maladie d'un de leur proche sont oubliés de la majorité des prises en charge.
La plupart des services sont d'ailleurs interdits aux enfants de moins de 12 ans. Il m'est arrivé, en tant qu'infirmière de garder des enfants de patients pendant que ces derniers assistaient à un RDV médical, situation très inquiétante et déstabilisante pour les enfants, ainsi que pour l'équipe soignante, qui n'est pas forcément à l'aise et disponible pour ce rôle.

Saint-genis-les-ollières
Autopromo